1. Immobilier
  2. Actualités immobilières à GUINGAMP
  3. Le diagnostic électrique

Le diagnostic électrique

Publié le 07/07/2022
Selon une étude de l'association Promotelec, environ deux tiers des logements français présenteraient des signes d'insécurité électrique.

Selon "Agenda Diagnostics", l'anomalie la plus courante en termes d'électricité, est le défaut de mise à la terre, qui a pour objectif de protéger contre le risque de contact indirect sur des appareils électriques (comme une machine à laver par exemple), en évacuant les courants de défaut vers la terre.

Autre anomalie très courante, c'est la vétusté du matériel électrique. Ce matériel trop vétuste n'assure plus une sécurité satisfaisante, et pourrait être à l'origine d'électrisations voire d'électrocutions. On considère que le matériel électrique datant d'avant 1980, ne permet plus d'assurer une pleine sécurité, et est considéré comme vétuste.

D'autres anomalies sont régulièrement constatées par les diagnostiqueurs, comme l'absence de fusibles et disjoncteurs (ou une inadéquation de leur calibre), qui peuvent provoquer courts-circuits et incendies, des dispositifs de coupure d'urgence difficile d'accès, qui doivent pourtant être accesible directement par le logement, ou encore le non respect des règles de sécurité dans les salles d'eau, qui peuvent conduire à des électrocutions.

 

Ces différentes anomalies, que nous retrouvons très régulièrement, ont ainsi amené le Gouvernement à contraindre les propriétaires-vendeurs, de réaliser un diagnostic de l'état de l'installation électrique de leur bien avant une vente (ou une location), permettant ainsi au futur propriétaire d'acheter le bien en toute connaissance de cause, et de prévoir et budgetiser les travaux à réaliser.

 

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous